Certains types de traitements utilisés chez les patients souffrant d’un cancer peuvent provoquer une insuffisance cardiaque. C’est le cas, notamment, de certains types de chimiothérapie, de la radiothérapie de la paroi thoracique et de certains des tout nouveaux traitements ciblés du cancer, également appelés thérapies biothérapies.

Ces traitements anticancéreux peuvent entraîner des problèmes cardiaques temporaires (de courte durée) ou permanents (à long terme). Ces problèmes peuvent apparaître pendant ou juste après le traitement anticancéreux, ou de nombreuses années plus tard. Le risque de développer des problèmes cardiaques dépend du type et de la durée du traitement anticancéreux.

Vous courez davantage de risque de développer une insuffisance cardiaque si :

  • vous avez déjà un problème cardiaque avant d’entamer le traitement anticancéreux
  • vous présentez d’autres facteurs de risque de maladies cardiaques comme le tabagisme, le diabète, une hypertension artérielle ou un âge avancé
  • vous devez suivre plusieurs traitements anticancéreux ayant des effets sur le cœur
  • vous avez par le passé suivi un traitement anticancéreux qui a eu des effets sur votre cœur et vous avez aujourd’hui à nouveau besoin d’un traitement
  • vous avez suivi un traitement anticancéreux lorsque vous étiez enfant

Si vous souffrez d’une insuffisance cardiaque et devez suivre un traitement anticancéreux, demandez conseil à votre oncologue et à votre cardiologue. Les médecins et les infirmières savent que les traitements anticancéreux peuvent parfois déclencher des signes et des symptômes d’insuffisance cardiaque, même chez des patients qui n’ont jamais eu de problème cardiaque. Ils pourront ajuster le type de traitement anticancéreux chez les patients ayant déjà d’une insuffisance cardiaque.

Des examens poussés, comme des échocardiogrammes et des prises de sang, permettront d’évaluer votre fonction cardiaque et de détecter des signes d’insuffisance cardiaque à un stade précoce. Les effets secondaires de tout traitement anticancéreux nécessaire ne durent généralement pas longtemps et se manifestent pendant ou juste après le traitement. Tous les symptômes, y compris l’essoufflement ou la rétention de liquide, doivent être mentionnés le plus rapidement possible à votre médecin ou à votre infirmière. Voir la rubrique « Signes avant-coureurs ».

Pour en savoir plus à ce sujet, consultez la brochure d’information intitulée « Heart Health and Cancer Treatment » publiée par Macmillan.